Burnout

Burnout Le burnout ou épuisement professionnel se caractérise par un état sévère de surmenage dû aux effets néfastes de la nature du travail, de son organisation ou de son environnement. Le collaborateur se sent épuisé émotionnellement et n’est plus capable d’être performant ou de faire face au travail confié.

Les facteurs sont nombreux : Trop grande quantité de travail, accumulation des heures supplémentaires, mobbing, conflits entre collègues… Les nouveaux moyens technologiques permettent à l’employé d’être joignable en tout temps et favorisent également le surmenage.

Cadres Les cadres bénéficient d’une position stratégique au sein de l’entreprise. Leur salaire plus élevé s’accompagne souvent avec des responsabilités et un temps de travail accrus. Les cadres sont parfois motivés par la perspective d’un bonus à la fin de l’année ce qui peut mener à une surimplication dans leur vie professionnelle. Ces facteurs réduisent le temps consacré à leur vie privée et favorisent les risques de burnout.

Télétravail Dans le cadre de la pandémie Covid-19, nombreux sont les employés qui ont dû, sur recommandation des autorités, se mettre au télétravail. Au vu de la longueur de la crise, le home office s’est prolongé, pour certains, pendant des mois.

Cette situation n’est pas sans risques pour la santé psychique des employés. Les collaborateurs peuvent se sentir isolés, loin de leurs collègues. Noyés sous les dossiers, des travailleurs sont susceptibles de ne plus s’y retrouver et de ne plus arriver à faire face à leurs obligations. L’employeur doit prendre des mesures préventives afin d’éviter que cette situation ne dégénère en burnout.

Mesures préventives L’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour préserver la santé psychique de ses collaborateurs, quelle que soit sa position au sein de l’entreprise. Il doit veiller à organiser la marche du travail de façon à éviter autant que possible les situations de surmenage. Il devra également veiller aux temps de pauses ou de repos. A défaut, l’employeur pourra engager sa responsabilité, voire devoir payer une réparation pour tort moral dans les cas particulièrement graves.

Licenciement L’employeur qui licencie un collaborateur suite à un burnout risque de commettre un licenciement abusif à plusieurs égards. Il pourra s’agir d’un congé-représailles si l’employé a fait valoir de bonne foi que l’organisation de l’entreprise a causé son surmenage. En outre, l’employeur ne peut pas se prévaloir de l’incapacité de travail ou du manque de performance du collaborateur pour motiver le licenciement s’il est responsable de son burnout.

Incapacité de travail En situation de burnout, il peut être indiqué pour le collaborateur de se reposer ou de se distraire. L’employé peut exercer des activités sportives ou de loisirs durant son incapacité de travail, pour autant qu’il soit au bénéfice d’une attestation médicale.

Lorsqu’un employé part en vacances à l’étranger, l’assurance perte de gain maladie risque de lui couper les vivres. La question de savoir si l’employeur doit, dans un tel cas, payer le salaire de l’employé est délicate. 

Articles les plus vus

1 mars, 2010 parMarianne Favre Moreillon