Cyberharcèlement

Harcèlement psychologique/Mobbing Le mobbing se définit comme un enchaînement de propos et/ou d’agissements hostiles, répétés fréquemment pendant une période assez longue, par lesquels un ou plusieurs individus cherchent à isoler, marginaliser, voire exclure une personne sur son lieu de travail. Un tel harcèlement peut avoir des conséquences néfastes voire dramatiques sur le collaborateur qui peut être durablement atteint dans sa santé psychique.

Harcèlement sexuel Tout comportement importun de caractère sexuel qui porte atteinte à la dignité de la personne sur son lieu de travail constitue du harcèlement sexuel et une forme de discrimination. Promettre une augmentation en échange de faveurs sexuelles, mettre la main aux fesses d’une collègue, faire des blagues lourdes… Le harcèlement sexuel peut prendre différentes formes.

Responsabilité de l’employeur L’employeur doit prendre les mesures pour prévenir et mettre fin aux situations de harcèlement psychologique (mobbing) ou sexuel que peuvent subir les employés sur le lieu de travail. A défaut, il engage sa responsabilité. L’employé harcelé pourra demander une indemnisation, voir des dommages-intérêts pour tort moral dans les cas les plus graves.

Cyberharcèlement Avec l’apparition des nouvelles technologies et notamment des réseaux sociaux, les harceleurs s’en donnent à cœur joie. Diffusion de rumeurs, messages haineux, propositions de caractère sexuel… Même si ce harcèlement se déroule sur Internet et non sur le lieu de travail, l’employeur reste tenu par les mêmes obligations, dans la mesure où le cyberharcèlement a un impact sur le collaborateur sur son lieu de travail.

L’employeur doit réagir et prendre les mesures adéquates pour y mettre fin. Une directive sur l’utilisation d’Internet et contre le harcèlement, qu’il soit psychologique ou sexuel, est un outil particulièrement utile. Elle permettra de mettre au clair les droits et devoirs des collaborateurs ainsi que les sanctions en cas de cyberharcèlement.

En outre, certains de ces comportements constituent des délits pénaux, tels que la diffamation ou l’injure. L’employeur ou les collaborateurs qui en sont victimes pourront porter plainte, à certaines conditions.